Educazione Nuova e Scuola Attiva in Europa all'alba del Novecento. Modelli, temi, figure - Catania, 25, 26, 27 marzo 2010

Adolphe Ferrière, Edouard Claparède, Lorenzo Luzuriaga et l'Education nouvelle: entre soifs de ruptures pédagogiques et impensés contreproduisants (1899-1928) [Abstract]

Prof. C. Magnin - Fondation Archives Institut J.-J. Rousseau


En nous appuyant sur différents textes1 d’Edouard Claparède, Adolphe Ferrière et Lorenzo Luzuriaga qui permettent à notre sens de cerner leur conception de l’Education nouvelle au début du XXe siècle, nous chercherons à caractériser l’image respective qu’ils s’en font et la supériorité qu’ils lui attribuent par rapport à l’éducation dite « traditionnelle ». Ce faisant, nous caractériserons les critiques majeures qu’ils adressent à l’enseignement traditionnel - en particulier à celui qui est dispensé dans les écoles primaires publiques - et la rupture pédagogique qu’ils prônent. Nous montrerons également sur quoi ils font à notre sens trop facilement l’impasse et qui a, selon nous, profondément influé sur la destinée de l’Education nouvelle en en limitant radicalement l’expansion dans le système d’enseignement public, du moins dans la Suisse romande de la première moitié du XXe siècle.

1. Les principaux textes pris en considération sont les suivants : Claparède, E. (1912). « Un Institut des sciences de l'éducation et les besoins auxquels il répond ». Archives de Psychologie, XII, 5-44 ; Claparède , E. (1920). L'Ecole sur mesure. Lausanne et Genève: Librairie Payot ; deux versions des « Trente points » d’Adolphe Ferrière, publiées respectivement en 1915 (dans sa préface à Faria de Vasconcellos, A. Une école nouvelle en Belgique. Delachaux & Niestlé : Neuchâtel, Paris) et en 1925 dans un article intitulé « L’ « Ecole nouvelle » et le Bureau international des Ecoles nouvelles », paru en avril 1925 dans le n° 15 de la revue « Pour l’Ère nouvelle », enfin « Les trente points caractéristiques de l’Ecole publique rénovée » publiés en 1928 par Lorenzo Luzuriaga dans le numéro de juillet-août (n°40) de la revue « Pour l’Ère nouvelle ».